Stereolove • Dirty Projectors ► Lamp Lit Prose

Après avoir tourné début 2017 une grande page de l’histoire Dirty Projectors avec un huitième album, éponyme, Dave Longstreth est de retour aujourd’hui avec un nouveau chapitre chez Domino Records, Lamp Lit Prose,  et le moins que l’on puisse dire c’est que l’Américain semble avoir enfin retrouvé le sourire!

Si l’album précédent, Dirty Projectors, s’ouvrait sur le clip bien tristoune de Keep Your Name où nous découvrions un Dave post-rupture, mal rasé, désabusé, filmé en noir et blanc au milieu d’un studio  chaotique, Break-Thru et son clip coloré et loufoque confirme que les règlements de compte avec son ancienne collaboratrice et compagne Amber Coffman appartiennent au passé. Longstreth a apparemment retrouvé l’amour en plus du sourire… 

L’amour est supposé donner des ailes, chez la tête pensante de Dirty Projectors ce serait plutôt des arrangements musicaux complexes et des cuivres en folie. Moins aérien, certes, mais tout aussi euphorisant comme le prouvent What Is The Time?, Blue Bird ou l’excellent I Feel Energy et son falsetto princesque.

Ringo Starr le répète depuis un demi-siècle, tout va mieux avec l’aide d’amis, et il semblerait que David Longstreth ait finalement décidé de faire appel aux siens qu’ils soient New-Yorkais ou Californiens. Haim, Empress Of, Syd de The Internet, Robin Pecknold, Rostam, Dear Nora et Amber Mark soit 6 featurings en 10 titres, Lamp Lit Prose fait figure d’All-Star Game à la sauce hipster! Mention spéciale d’ailleurs à Right Now (feat Syd) et That’s A Lifestyle (feat les soeurettes d’Haim), petits bijoux d’harmonies vocales qui nous rappellent la grande époque de Dave et ses girls (Angel, Amber & co).

Idyllique sur le papier, l’association Rostam (ex Vampire Weekend) / Robin Pecknold (Fleet Foxes) / Dirty Projectors n’est pas aussi mémorable qu’on l’aurait souhaité et bien que mignonnette, You’re The One passe finalement assez inaperçue au sein de cet album. Impossible d’en dire autant de Zombie Conqueror, véritable poupée russe musicale (folk, rock, grunge) sur laquelle Lorely Rodriguez (aka Empress Of) vient apposer son joli timbre de voix sur la dernière minute.

NB : Dirty Projectors se produira sur la scène de la Cascade le vendredi 24 août dans le cadre du festival Rock en Seine.

Sophie

Share on FacebookTweet about this on Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *