Stereolove • Elohim ► Elohim

Rien de mieux qu’une bonne pop libératrice pour fêter le retour imminent d’un pic des températures et c’est avec le premier album de la Californienne Elohim que je te propose de nous retrouver aujourd’hui!

(photo: Chase O’Black)

Découverte en 2015 avec le catchy She Talks Too Much et la ballade synthpop Xanax, l’Américaine avait alors attisé ma curiosité avec ses productions electro-pop captivantes et son aura mystérieuse.

En effet, en choisissant comme nom de scène le mot Dieu en hébreu, Elohim offre un joli pied de nez à la convention traditionnelle d’une figure de Dieu masculine tout en s’assurant un anonymat jusqu’à présent respecté. Il faut dire que la chanteuse/compositrice n’est pas du genre à utiliser son joli minois pour promouvoir sa musique et c’est donc habituellement cachée derrière ses cheveux ou un masque de lion que la jeune femme originaire de Los Angeles se présente dans chaque clip ou concert. 

3 ans après ses début prometteurs et un premier EP sorti en 2016, Elohim a dévoilé la semaine dernière son premier album, Elohim, et ses 15 titres hautement addictifs.

Si ma préférence va aux supplications intenses et au saxo diaboliquement efficace d’Half Love, certains préféreront peut-être les trompettes exotiques d’Hallucinating ou son pendant sombre, Skinny Legs, petit bijou psychédélique.

En attendant que tu succombes à ton tour au charme mystérieux d’Elohim, je te laisse avec le faussement irrévérencieux Fuck Your Money.

Sophie

Share on FacebookTweet about this on Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *