Love on stageMaMA Festival 2017

Playlist_MaMA_2017_Banniere


La 8ème édition du MaMA Festival & Convention a eu lieu la semaine dernière…
Cette manifestation incontournable au rayonnement international, a donc investit les quartiers de Pigalle et Montmartre du 18 au 20 octobre dernier et a de nouveau pu confirmer son statut d’évènement majeur dans le domaine des rencontres professionnelles musicales et sa place de choix parmi les festivals défricheurs d’artistes émergents.
From Nowhere With Love a pu assister aux deux premières journées du festival.
Retour en images sur les coups de cœur de l’édition 2017.



MERCREDI 18 OCTOBRE


Mon premier concert de cette édition fut celui du trio allemand Woman sur la scène de La Boule Noire.
Le groupe était venu défendre les titres de son album studio Happy Freedom, sorti en mai dernier, mais on a pu également entendre un extrait de leur premier EP Fever.
L’electropop aux doux accents rétro de cette formation originaire de Cologne a su convaincre le public présent, venu nombreux pour l’occasion…
Les meilleurs moments : Concrete Jungle, Dust, Touch, Marvelous City

01_Photos_artiste_Woman

Direction ensuite Le Bus Palladium, où le quatuor Klangstof a livré un de mes concerts favoris de la journée. Les Néerlandais ont commencé leur live avec l’excellent titre instrumental Dollhof, morceau d’ouverture de leur album studio Close Eyes To Exit, puis enchainé sur les compos phares qui composent cet opus. Un grand moment d’évasion, le temps d’un concert, bercé par une indie pop racée teintée d’electro.
Les meilleurs moments : Dollhof, Sleaze, Hostage, Amansworld

02_Photos_artiste_Klangstof

J’ai décidé de rester encore un peu au Bus Palladium, pour découvrir le groupe Paupière, dont le nom était sur toutes les lèvres ce soir là… Le trio from Montréal distille une synth-pop inspirée des 80s, portée par des textes assez sombres. Malgré l’engouement du public venu en masse, je suis resté un peu mitigé bien que je reconnais qu’il y avait une belle énergie sur scène.
Les meilleurs moments : Défunte lune de miel, Kirchner

03_Photos_artiste_Paupiere

Par la suite, j’ai fait rapidement un crochet par La Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge pour assister au live de Chieko. Cette jeune franco-japonaise basée à Paris est à la fois DJ, productrice et chanteuse. Encore assez hésitante et intimidée derrière son micro, elle a néanmoins livré un live assez frais, à grand renfort d’instrumentaux electropop édulcorés aux mélodies catchy. Je pense par contre que la jeune femme pratique le Air synth…

04_Photos_artiste_Chieko

05_Photos_artiste_TLATH

Enfin, rendez-vous au Backstage by The Mill pour assister au concert de Theo Lawrence and The Hearts.
Leur soul résolument moderne prend racine dans les influences du rock, de la country et du blues. La salle comble a réagi au quart de tour dès que les premiers riffs de guitare ont retenti et le groupe a rapidement transmis ce plaisir de partage avec son public. On tapait du pied machinalement en scandant le rythme avec la tête sur ces compos qui fleurent bon les mélodies vintages.
Les meilleurs moments : My Prophecy, Sticky Icky, Made to Last

Voilà pour ce qui est de ma première soirée au MaMA, on se retrouve donc demain pour la suite des festivités 😉


JEUDI 19 OCTOBRE


Me voilà de retour à Pigalle et mon premier arrêt sera à La Boule Noire pour découvrir le live du crooner belge Delv!s. Autour du chanteur Niels Delvaux, pas moins de six musiciens et une choriste qui font vibrer les titres soul de l’EP No Ending avec une feel-good vibe contagieuse et un groove imparable.
Les meilleurs moments : Morning Light, Come My Way, Sunday Interlude

06_Photos_artiste_Delvis

Je suis ensuite passé au Bus Palladium, découvrir l’univers du chanteur Malik Djoudi qui m’était jusqu’alors inconnu.
Force est de constater en rentrant dans la salle que de nombreux fans ont répondu présent. Les titres s’enchainent et j’accroche assez vite; sa voix haut perchée virevolte au dessus d’instrumentations planantes parées d’electro beats et nous embarque rapidement.
Les meilleurs moments : Sous garantie, Peur de rien, Cinema

07_Photos_artiste_Malik_Djoudi

08_Photos_artiste_Geoffroy

J’ai ensuite filé au Carmen pour ne pas rater le début du concert de Geoffroy. Le multi-instrumentiste, chanteur et songwriter originaire de Montréal venait présenter les dernières compos issues de son album Coastline, sorti en mars dernier. Une electropop efficace qui navigue entre downtempo et electronica.
Mais pas trop le temps de trainer, me voilà reparti vers La Boule Noire pour assister au live des vétérans Millionaire. Le charismatique frontman Vanhamel est revenu cette année avec ses musiciens, après une pause de 12 ans, pour défendre les titres de leur dernier album Sciencing sorti en mai dernier. Les guitares hurlent, les intros des morceaux sont interminables, la salle tremble et on aime ça !

On prend vite fait une pause pour se remettre de nos émotions et reprendre des forces devant de bonnes lasagnes crême-épinards et un grand verre de valpolicella Chez Paolo

09_Photos_artiste_Millionaire

10_Photos_artiste_Blow

Direction maintenant La Machine du Moulin Rouge sur la scène de La Chaufferie où jouait Blow.
Le quatuor mené par le chanteur Quentin Guglielmi nous a interprété les titres electropop de leur deux premiers EP I et Fall in Deep. A noter, la sortie de leur premier album studio prévu pour l’année prochaine.
Les meilleurs moments : Don’t Wait for Us, Call the Youth, Zephyr, You Killed Me on the Moon

Je suis ensuite remonté dans la grande salle de La Machine du Moulin Rouge pour assister au live de Leska, duo français composé de Douchka et Les Gordon. Leur logo, matérialisé par deux grands cercles de leds qui trônaient derrière eux, s’animait sur le rythme des beats pendant que des spots multicolores effectuaient une véritable choré lumineuse. Au fil de leur set qui a réchauffé le dancefloor, les deux acolytes agrémentaient leur compos en rajoutant des parties rythmiques à la batterie ou des parties mélodiques au clavier.

10_Photos_artiste_Leska

And last, but not least, le live qui m’a le plus enthousiasmé de ces deux jours, Meute, ou le brass band electro qui a mis le feu aux poudres à La Machine du Moulin Rouge ! Saxophones, trompettes, tuba, grosse caisse, vibraphone… pas moins d’une dizaine de musiciens en uniforme de fanfare ont embrasé le public qui avait investit chaque centimètre carré de la salle.
Le collectif hambourgeois a fait l’unanimité en reprenant dans la liesse générale ses plus grands tubes.
Les meilleurs moments : Kerberos, Mental Help, Acamar

11_Photos_artiste_Meute


LE MaMA FESTIVAL & CONVENTION 2017 EN QUELQUES CHIFFRES…


441 artistes programmés
180 concerts et showcases accessibles au public comme aux professionnels
16 salles et lieux atypiques dans le quartier Pigalle/Montmartre
4713 pass publics délivrés
582 accréditations média délivrées
5620 professionnels présents sur l’édition 2017 et 52 nationalités représentées
2010 structures présentes
419 intervenants


En résumé, le MaMA Festival & Convention a encore cette année tenu toutes ses promesses. En réunissant un public toujours plus nombreux et des professionnels du monde de la musique venant des quatre coins du globe, la manifestation va toujours plus loin dans sa sélection méticuleuse des artistes programmés et s’inscrit dans un vrai questionnement des enjeux de l’industrie musicale d’aujourd’hui. Une chose est sûre, nous avons déjà les dates de l’année prochaine ! Rendez-vous donc du 17 au 19 octobre 2018 pour la 9ème édition du MaMA !

Photos: Mathieu Gastaldi (FNWL)

MaMA Festival 2017 • 18/19/20 Octobre 2017 • Quartier Pigalle-Montmartre (Paris)

Share on FacebookTweet about this on Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *