Love on stagePitchfork Music Festival Paris 2016

[Article initialement publié sur www.lesconnardsenrayban.fr]

Après un premier débrief consacré aux 2 soirées Avant-Garde, prélude de l’événement musical, retour aujourd’hui sur les 3 jours du Pitchfork Music Festival qui fêtait cette année son 6ème anniversaire. Un anniversaire quelque peu perturbé à la fois par une programmation, de prime abord, nettement moins attrayante que les années précédentes et une grande perdition des festivaliers étrangers (80%) suite aux attentats. Qu’à cela ne tienne, la photographe Michela Cuccagna et moi-même avons répondu présentes !

Si le marché Klin d’Oeil, le Bar à Vin et le Bar Vip sont devenus des éléments indissociables du festival, deux nouveautés ont fait leur apparition : le Karaoké The Kooples  mais surtout le disquaire éphémère Greenroom, qui m’a permis d’enrichir ma collection de vinyles !

 

Jeudi

Aldous RH : On ne va pas se leurrer, ouvrir le festival à 17H30 un jour de semaine n’est pas forcément la place idéale mais l’Anglais a relevé le challenge ! Arrivé sur scène en chaussettes et grand chapeau, Alexander Aldous Robinson Hewett, aka Aldous RH, a su charmer les premiers festivaliers par son univers 70s et ses falsettos.

🎶Sensuality🎶 – @aldousrh live at @pitchforkparis #live #p4kparis #aldousrh

Une vidéo publiée par Sophie (@sophiemazar) le

Suuns : Pendant que Michela shootait à tout va du crash barrière c’est de l’espace Greenroom, où je poireautais depuis une heure en attendant mon tour au disquaire, que j’ai entendu les Canadiens. Visuellement, je ne pourrai donc juger de leur prestation mais 2020 et Translate m’ont permis de rendre l’attente plus supportable !

Mount Kimbie : Présente en 2013 lors de leur premier passage au P4K, c’est déjà convaincue de l’efficacité du duo anglais que j’ai assisté à leur retour à la Grande Halle. Les pères fondateurs du post-dubstep sont et resteront une valeur sûre. Rendez-vous repris dans 3 ans ???

🎶 @mountkimbie live at @pitchforkparis #p4kparis #mountkimbie #live

Une vidéo publiée par Sophie (@sophiemazar) le

Nick Murphy : Miser sur l’Australien en tête d’affiche était un pari risqué sur lequel j’avais personnellement quelques doutes. Il faut croire qu’en plus d’avoir changé de nom, l’artiste a bénéficié d’un relooking et d’une certaine dose de présence scénique mais malheureusement l’ensemble est un peu léger pour une fin de soirée.

 

Vendredi

Porches : Figure hype de Brooklyn, Aaron Maine, que j’ai pu interviewé avant son concert, était l’une de mes attentes de ce festival et je n’ai pas été déçue. Passé du brun au blond décoloré, l’Américain a su dynamiser les titres de son dernier album, Pool, pour un set finalement plus énergique je ne l’aurais pensé. Point de Frankie Cosmos à l’horizon mais une choriste à la voix tout aussi angélique.

Flavien Berger : Je l’avais raté à Rock En Seine, au profit d’un concert finalement regretté, il était donc temps de réparer cet affront ! Drôle, efficace et décalé, le Parisien était un peu la curiosité de cette journée et sa réputation d’électro(n) libre n’était pas surfaite.

Bat For Lashes : « Heathcliff, it’s me, your Cathy » Ah non, c’est Natasha mais bon il faut dire que la robe rouge à la Kate Bush était trompeuse ! Les fans de la chanteuse s’étaient déplacés en nombre et c’est finalement conquise à mon tour par les capacités vocales de la brunette que j’ai assisté à mon premier concert de l’Anglaise.

🎶Sunday Love 🎶 – @batforlashes live at @pitchforkparis #p4kparis #live #gig #paris #batforlashes

Une vidéo publiée par Sophie (@sophiemazar) le

Todd Terje & The Olsens : Il aura fallu attendre la dernière heure du deuxième soir pour enfin voir le public de la Grande Halle se déhancher face au décor tropical du set du Norvégien. Une fin de soirée qui promettait d’être plutôt réussie mais avec encore un jour à couvrir, il était temps de rentrer !

 

Samedi 

Whitney : Light Upon The Lake ayant bercé mon début d’été, c’est nostalgique, enveloppée dans une écharpe nécessaire pour échapper au courant d’air pitchforkien, que j’ai assisté au set du sextuor originaire de Chicago. Si les garçons semblaient un peu fatigués en interview, c’est visiblement ragaillardis qu’ils sont entrés sur scène une heure plus tard.

Warpaint : A l’instar de Todd Terje et Mount Kimbie, les filles de Warpaint ont fêté leur retour au Pitchfork avec, pour l’occasion, un nouvel album à présenter. Alors forcément entre Love Is To Die et New Song il y a un océan mais c’est avec charme que les quatre sirènes rock nous y plonge. Cœur avec les doigts pour des artistes aussi douées sur scène qu’aimables en coulisse !

Abra : Les organisateurs du festival avait misé gros en programmant la jeune prodige r’n’b en milieu de soirée et j’avoue avoir un peu tremblé pour elle en voyant en guise d’accompagnement une simple boîte à rythmes mais la jolie Abra (Gabrielle de son prénom) était LA révélation de cette soirée !

🎶Love and Power🎶 – @darkwaveduchess live at @pitchforkparis @beggarsfrance #p4kparis #abra #live

Une vidéo publiée par Sophie (@sophiemazar) le

MIA : Annoncée comme l’exclusivité France du festival, l’Anglaise a réussi à mobiliser le plus grand nombre de festivaliers pour un set toutefois fortement décrié mais à vrai dire tout dépend de ce que l’on en attendait ! Pour ma part, pas grand-chose… Certes, Bad Girls, Paper Planes ou Galang sont des hits imparables mais suite à son passage aux Eurockéennes en 2014, je savais déjà que l’Anglaise n’était pas aussi efficace en live qu’en studio donc forcément, lorsque les attentes sont basses la déception est moins grande !

De toute évidence, cette édition 2016 du Pitchfork Music Festival n’était pas la plus réussie de ces six dernières années, proposant un line-up de qualité assez irrégulière mais l’ajout des deux soirées Avant-Garde a toutefois offert quelques belles surprises aux mélomanes en quête de nouveaux sons. Face à un contexte particulier, Super !, co-organisateur de l’évènement avec la célèbre webzine américaine, aura eu le mérite de maintenir l’organisation de ce festival, et ce en dépit de l’absence massive du public étranger. Merci Pitchfork et à l’année prochaine !

Merci à Pauline et Jean de La Cadence

Photos : Michela Cuccagna

Pitchfork Music Festival 2016 • 27/28/29 octobre 2016 • Halle de la Villette (Paris)

Share on FacebookTweet about this on Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *