Love on stagePitchfork Music Festival Paris 2015

L’incontournable festival de musique indie est revenu, pour notre plus grand plaisir, prendre possession de la Grande Halle de la Villette le week-end dernier. Au programme de cette cinquième édition, un line-up toujours aussi pointu et varié alliant artistes installés et nouvelles révélations. Cerise sur le gâteau, une soirée d’ouverture organisée par Greenroom, qui a eu lieu dans 3 salles du quartier de Bastille (Badaboum, Café de la Danse, La Mécanique ondulatoire) le 27 octobre et dont la programmation était plus qu’alléchante… mais également celle de deux afters orchestrés par la Red Bull Music Acadamy au Trabendo, le 29 et 30 octobre à partir de 23h. Le rendez-vous était donc pris ! Pour ma part, j’attendais avec impatience les lives de Thom Yorke, HEALTH, Ariel Pink, Beach House, Unknown Mortal Orchestra, Neon Indian, Empress Of, LA Priest, Hælos ou encore Børns


L’OPENING PARTY DU 27 OCTOBRE


Cette première soirée d’ouverture avait donc lieu au cœur de Bastille, dans trois salles du quartier, à deux pas l’une de l’autre ; le Café de la Danse, le Badaboum et la Mécanique Ondulatoire.
Première déception, l’annulation du concert de Neon Indian qui devait défendre son dernier album VEGA INTL. Night School… On devra donc s’armer de patience jusqu’à sa prochaine venue en France qui n’est toujours pas annoncée.
Passé cette contrariété, j’ai décidé de prendre mes quartiers au Café de la Danse, où Børns ouvrait le bal de l’événement. Le chanteur américain a conquit le public avec sa nonchalance aguicheuse et sa voix suave qu’il fit retentir sur les titres de son premier album Dopamine.
My fav tracks on stage : 10,000 Emerald Pools, Holy Ghost & Dopamine

Après un rapide crochet par le Badaboum pour siroter une bière sur le titre planant No Less de SG Lewis, me voilà de retour au Café de la Danse, pour assister au concert de Lorely Rodriguez aka Empress Of. La belle latino-américaine qui m’avait séduit il y a deux ans avec son titre dream-pop Hat Trick, est revenue cet automne avec un premier album studio intitulé sobrement Me… Sur scène, Lorely envoûte l’audience avec sa voix envoûtante qui se pare de sons electro chaud-froid ; la magie opère du début à la fin du concert qu’elle clôturera avec le morceau Kitty Kat
My fav tracks on stage : Water Water, How Do You Do It, Make Up, & Everything Is You

Borns_Empress_Off


LE FESTIVAL 29-30-31 OCTOBRE


JEUDI 29 OCTOBRE

Un fois rendu à l’aérogare de la Grande Halle de la Villette, je passe la sécurité et me dirige vers la zone d’embarquement où mon premier vol direction Londres est prévu à 5.30 PM. J’entame alors un décollage tout en douceur en compagnie des anglais d’Hælos qui ouvrent le bal du festival. Le ciel est dégagé et les voix de d’Arthur et Lotti me font quitter la surface de la terre sur fond de beats trip-hop et d’instrus planantes…
Haelos
Je prends ensuite une correspondance pour Los Angeles. Notre commandant de bord weirdo Ariel Pink qui a vraisemblablement mal branché son micro lors du décollage, fait fit des instructions des tours de contrôle et nous embarque pour une traversée chaotique entre pop destroy, folk foutraque et rock halluciné. Je suis scotché au hublot lorsque nous survolons le titre Not Enough Violence

Ariel_Pink
Nous terminerons notre voyage par un vol de nuit, en contemplant un vaste ciel constellé paisible, où scintillent les deux comètes du duo de Baltimore Beach House. Entre mélancolie et pop rêveuse, nous achevons cette première journée en sombrant doucement vers le royaume des songes…
Beach_House_C

VENDREDI 30 OCTOBRE

Aujourd’hui, j’arrive sur le site avec la tête dans le gaz, sans doute le décalage horaire de la veille… Muni de mon passeport au poignée, je cours pour ne pas rater le vol de la compagnie HEALTH.
L’avion quitte la piste avec perte et fracas à 6.40 PM. Le temps est à l’orage et on est très vite balloté par les secousses des guitares saturées et de la batterie déchainée. La liesse gagne l’ensemble des passagers lorsque résonnent les hymnes synthpop des californiens. En fermant les yeux, on croirait reconnaitre Neil Tennant des Pet Shop Boys qui pousserait la chansonnette sur des compos indus et noisy.
Health_C
Après avoir atterri à Los Angeles, on s’octroie une pause au salon VIP de l’aéroport pour reprendre ses esprits ; Rhye y donne une performance intimiste en défendant les titres de son premier album Woman. La voix de velours de Mike Milosh transporte littéralement le public qui rentre en état d’apesanteur. Mon esprit s’offre un aller-retour Canada-Danemark alors que mes pieds restent vissés au sol.
Rhye_C

La tête dans les nuages, je rate mon vol pour Kurt Ville et enchaîne directement en prenant une correspondance pour New York ; Battles nous embarque pour un périple aérien rempli de zones de turbulences. Leur rock expérimental fait vibrer la carlingue et les passagers sont brimbalés pour leur plus grand plaisir par les riffs acérés et les boucles mentales des titres de leur dernier album La Di Da Di. Le climax restera à mes yeux leur titre Atlas qui m’a complètement fait basculer et atteindre le 7ème ciel.
Battles_C
Enfin, je termine cette journée en embarquant pour un vol long-courrier en compagnie de Thom Yorke, pour une destination encore inconnue. Après un décollage en règle, on passe en pilote automatique ; le commandant qui semble possédé dirige un bombardier bondé de passagers. A travers les hublots, on aperçoit des aurores boréales digitales hypnotiques qui évoluent sur le rythmes des beats electro saccadés. Les altimètres ne répondent plus, et la traversée de Tommorow Boxes nous à laissé dans un état second… En parlant de boîtes, ceux qui vérifierons la boîte noire de l’appareil auront du mal à comprendre ce qui s’est vraiment passé…

Thom_Yorke_C

SAMEDI 31 OCTOBRE

Pour cette dernière journée, je repars aux States pour assister au show de Josh Tillman aka Father John Misty. L’ex-membre de Fleet Foxes, nous offre un baptême de l’air en nous faisant survoler les titres de son deuxième album studio I Love You, Honeybear. Ce dandy-crooner négligé berce les voyageurs en entonnant des ballades folk intenses de sa voix pénétrante. Un vol première classe qui nous fait planer à des milliers de kilomètres d’altitude.

Father_John_Misty

Je pars ensuite des États-Unis pour rejoindre la Nouvelle Zélande.
L’équipage de Unknown Mortal Orchestra vient saluer les passagers à 8:05 P.M. Le leader Ruban Nielson a délaissé le masque à oxygène préférant arborer un loup à dentelles. Le traditionnel costume de pilote à quant à lui était remplacé par une veste militaire oversized et une casquette. La foule reprend en chœurs les tubes de leurs deux derniers albums II et Multi-Love en affichant des sourires sur leurs visages. Voyage sans encombre qui ne fait que confirmer l’excellence de la compagnie UMO Airways.

UMO_C

Toutes ces heures de vol m’ont ouvert l’appétit ! Ça tombe bien, c’est l’heure du plateau repas 😉 J’ai pour ma part choisi le menu Burrata des Pouilles/roquette en entrée, suivie de sa Daube fondante accompagnée de gnocchis. En dessert, un brownie ultra-moisty… Un service 3 étoiles assuré par Les Niçois !

J’achève mon long périple en montant à bord d’un Boeing plein a craquer. Aux commandes de l’appareil, le duo Hip-Hop américain Run The Jewels, qui décolle en trombe en balançant l’inoxydable We Are The Champions de Queen en début de set! Au son des scratchs et des infra-basses qui vrombissent, le flow des deux représentants de la East Coast fait se déchainer la marée humaine qui remplie la Grande Halle. On exulte tous quand retentissent les premiers beats de Close Your Eyes !

Run_The_Jewels

C’en est fini pour moi, j’ai cumulé trop de miles pour continuer jusqu’à l’aube. J’assume donc de rater le vol de Laurent Garnier prévu pour 3.10 AM. Je rentre donc au bercail jetlaggué, mais avec la tête remplie de jolis souvenirs et ravi de ce tour du monde musical assuré par l’agence de voyage PK4 2015 ! See you next year !


ENTRE DEUX CONCERTS…


Lorsqu’on décide de couvrir le Pitchfork Festival sur 3 jours, il faut toujours veiller à bien s’hydrater (boissons à base de raisin ou de malt fermenté recommandées) et de reprendre des forces en se restaurant de plats équilibrés (farandole de mets diététiques tout droits venus de la gastronomie des U.S). Fini la galère des jetons que l’on perd ou que l’on retrouve dans les poches de son blouson quelques semaines après l’évènement, cette année, je me suis mis au paiement par carte sans contact ! Plus besoin de faire la queue pour acheter les petits morceaux de plastique sécables ; on paye ses boissons ou son casse-dalle directement en 2 secondes, sans passer par la casse « 10€ minimum ». En plus, pour chaque paiement sans contact, on te file une contremarque pour aller te faire tirer le portrait, seul ou entre amis, dans l’un des deux photomatons placés à la sortie de la Grande Halle.

Photos_Sophie_and_I
Pinball_P4K

 

Pour ceux qui voulaient faire un break , il y avait la zone PLAYGROUND ; un espace de jeux pour grands enfants où l’on pouvait faire une pause régressive en s’envoyant en l’air entre potes sur l’une des balançoires XXL, se faire une partie de ping-pong sur une table circulaire ou encore faire péter un high-score sur l’un des flippers mis à disposition des festivaliers.
L’un d’entre eux était d’ailleurs celui que vous avez pu apercevoir dans le teaser du P4K Festival Paris. Muni d’une pièce de 5 francs gracieusement offert par une gente demoiselle, il t’était possible de tenter ta chance et de remporter un pass 3 jour pour l’édition 2016 du festival en réalisant le meilleur score enregistré sur la durée de la manifestation.

Juste en face, l’espace KLIN d’ŒIL, où tu pouvais faire chauffer ta CB en achetant fringues et accessoires variés d’une trentaine de créateurs pour parfaire ton look « Hipster Hipster Hipster, Hourra ! »

Enfin, pour les petits creux, l’espace FOOD & DRINKS proposait burgers, french fries, hot dogs, pulled pork, fish & chips et autres pizzas…


Un grand merci au personnel navigant ! Les hôtesses de charme Pauline et Sophie, ainsi que les stewards Sebchen, Ben et Bastien.

Pitchfork Music Festival Paris 2015 • 29/30/31 Octobre 2015 • Grande Halle de la Villette

Share on FacebookTweet about this on Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *