InterviewYoung Fathers

[Interview initialement publiée en juillet 2014 sur www.lesconnardsenrayban.com]

Formé en 2008 à Edimbourg, le groupe Young Fathers se compose de trois amis d’enfance : Kayus, Alloysious et G. Il aura toutefois fallu attendre plusieurs années pour que le groupe soit enfin reconnu avec deux EPs tout simplement intitulés Tape One (2011) et Tape Two (2013), ce dernier ayant d’ailleurs été élu en juin « meilleur album écossais ». Affichant une ambition sans borne, ce trio hybride aux influences multiples (Hip Hop, soul, touche de psychédélisme) a sorti en début d’année un premier album, Dead, sur lequel figure notamment l’excellent Get Up.

Programmés sur la scène de la Plage des Eurockéennes, les Ecossais ont montré leur détermination en enchaînant les titres et les pas de danse avec une énergie incroyable. Impossible en effet de ne pas être impressionné par les danses tribales de Kayus, le chant parfait et les chorégraphies enflammées d’Alloysious ou encore le sex-appeal brut de décoffrage de G (écoute le doncchanter le refrain de I Heard« inside I’m feeling dirty »)

 

Click here for the English version.

 

103273_large

Vous avez souvent parlé des difficultés que vous avez eu à faire de la musique à Édimbourg, une ville qui, selon vous, manque de créativité pour de jeunes musiciens. Pensez-vous que cette étroitesse d’esprit vous a poussés à créer votre propre style ?

G : On l’aurait fait n’importe où. Je ne pense pas que ce soit une bonne chose quand les gens sont tous ouverts, ça crée un certain ennui et tous les sons deviennent vite semblables.

Alloysious : On est conditionnés à ne pas aimer la facilité. Nous apprécions l’idée de lutte. C’est un élément nécessaire si l’on souhaite se surpasser et être créatif.

G : Édimbourg est une ville extrêmement bruyante et nous avons toujours eu l’ambition d’être le groupe que l’on entendrait le plus. C’est dans notre nature.

Kayus : C’est une ville étrange. Tu savais qu’il y avait des endroits où il est interdit de danser ?! C’est n’importe quoi !

 

Vous avez tous les trois des timbres de voix très différents mais vous arrivez cependant à les utiliser de sorte que lorsqu’on écoute vos chansons on a l’impression que vous êtes plus nombreux. Etes-vous d’accord avec moi si je vous dis que vos voix sont peut être l’élément le plus expérimental de votre musique ?

Alloysious : Oui, bien sûr. On travaille ensemble depuis tellement longtemps qu’on est presque une famille, comme les Jackson Five ou Sly and The Family Stone. On mélange des éléments et ça marche.

G : On essaie aussi pas mal de choses chacun de notre côté.

Kayus: C’est important pour nous de toujours trouver une motivation !

Et chantez-vous depuis longtemps ?

Kayus : Depuis que nous avons 14 ans. J’ai commencé à chanter quand j’ai rencontré ces mecs (désignant G et Alloysious ).

Alloysious : Tout le monde devrait chanter et faire ce qu’il veut. Il n’y a pas de règle et déjà à cet âge on pensait que le plus important était de s’éclater et profiter du moment.

 

Parlons un peu de vos vidéos. Tournez-vous toujours vous-mêmes vos clips ?

Kayus : Oui ! On a réalisé toutes les vidéos qui sont disponibles sur youtube.

Est-ce parce que vous êtes intéressés par le cinéma et les arts visuels ?

Kayus : On est juste des control freaks ! (rires)

Alloysious : On aime vraiment le fait de donner vie à notre vision en vidéo et donc d’exprimer par des images nos idées. On le fait aussi parce qu’on a bien essayé de laisser d’autres personnes le faire à notre place mais au final c’était juste de la merde. Ils n’y connaissent rien !

G : Quand c’est toi qui contrôle le truc, tu filmes tout ce que tu veux.

 

J’ai été très impressionnée par votre performance sur le plateau de Jimmy Kimmel. Vous êtes de super bons danseurs !

Alloysious  : On adore danser ! Quand on se sent inspirés on veut bouger. On est toujours en train de danser.

G : C’est comme ça qu’on s’est rencontrés quand on était gosses, dans un club.

Alloysious : Quand tu danses tu t’exprimes et il y a une part de toi qui montre au public que c’est tout ce dont tu as envie, t’en as rien à foutre du reste. D’une certaine manière, les gens s’ouvrent plus comme ça. On sait qu’on est bons dans notre domaine, il n’y a aucune peur. On utilise donc la scène pour que notre musique soit à la fois entendue et vue mais également pour prouver qu’on existe. On est ambitieux, on ne le cache pas. Même s’il n’y avait qu’une seule personne dans le public, on serait pareil sur scène.

Kayus : Il y a beaucoup trop de personnes qui essaient d’être cool et de faire les choses d’une certaine façon. Ils ne devraient pas y penser et juste foncer !

Vous vous connaissez depuis très longtemps. Qui est donc le plus sage ?

G : Ah, le plus sage…. (rires)

Alloysious : Le plus blanc ? (wisest et whitest étant très proches, Alloysious fait mine d’avoir mal entendu) Ca serait moi le plus blanc ! (rires)  Non en fait pour le plus sage, ça dépend du nombre de cheveux blancs.

G : Kayus a des putains de cheveux blancs !

Kayus : Oui je viens d’avoir mes premiers cheveux blancs donc c’est moi le plus sage. J’ai eu la sagesse d’avoir mes premiers cheveux blancs plus tôt qu’eux ! (rires)

Et qui est le plus drôle ?

Kayus : Moi ! (rires)

Alloysious : C’est le plus sage mais il est quand même drôle !(rires)

Et le plus têtu ?

Kayus : Encore moi ! (rires)

G : Non en fait on est tous supers têtus. On n’est pas d’accord pour certains trucs, on s’accorde sur d’autres mais c’est ce qui fait notre groupe.

 

Comme nous sommes sur un festival, je voulais connaître votre meilleur souvenir, soit en tant que festivaliers, soit en tant qu’artistes.

Alloysious : Pour nous, tous les festivals sont les mêmes. Il y aura de la boue, de la pluie et plein de groupes très différents. C’est une combinaison de tellement de choses et parfois j’aime ça et d’autres fois non. Aujourd’hui, c’est génial parce qu’on adore venir jouer en France. L’hospitalité ici est juste incroyable. Tout se passe toujours très bien.

G : Jouer dans un festival est très différent d’un concert parce que tu n’es pas seul, il y a plein d’autres groupes et donc c’est carrément différent.

 

Je vous propose de terminer cette interview sur un jeu. Je vais vous donner des débuts de paroles de chansons et vous devrez les compléter avec vos propres mots.

If you wanna be my lover you gotta…. Sin a little bit more.  – Si tu veux sortir avec moi tu dois … être une plus grande pêcheresse.

I’m up all night to… win the lottery !  –  Je reste éveillé toute la nuit pour … gagner à la loterie.

When I find myself in time of trouble….  I hail a cab and go home.  –  Quand je suis dans une mauvaise passe … j’hèle un taxi et je rentre chez moi.

I see no changes, wake up in the morning and I ask myself … something will stick some time.  –  Je ne vois aucun changement, je me lève le matin et je me demande… si à force ça le fera.

All I want for Christmas is… the world.  –  Tout ce que je veux pour Noël c’est … le monde.

You gotta fight for your right to… start a revolution !  Tu dois te battre pour ton droit à … commencer une révolution !

Sophie

Share on FacebookTweet about this on Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *